Breve comparação: um excerto de Maladie Mentale et Personnalité (1954) e Maladie Mentale et Psychologie (1962)

Breve comparação de dois trechos de ambos os livros de Foucault12, situando um trecho particular de sua crítica às abordagens existenciais. Para uma análise mais detalhada, Cf. o clássico texto de Macherey3 e o estudo de Miotto4.

1954 – Maladie Mentale et Personnalité

[p. 88] Enfin, les phénomènes morbides, nous ont semblé, dans leur convergence, désigner une structure singulière du monde pathologique: et ce monde offrirait, à l’examen du phénoménologue, le paradoxe d’être à la fois, le «monde privé »,
le «idios kosmos » où le malade se retire pour une existence arbitraire de fantaisie et de délire -et en même temps, l’univers de contrainte auquel il est voué sur le mode de l’abandon; dans cette projection contradictoire, serait l’essence de la maladie. Mais
ce paradoxe pathologique n’est que second par rapport à la contradiction réelle qui le suscite. Le déterminisme qui le soustend n’est pas la
causalité magique d’une conscience fascinée par son monde, mais la causalité effective d’un univers qui ne peut, de lui-même, offrir une solution aux contradictions qu’il a fait naître. Si le monde projeté dans la fantaisie d’un délire emprisonne la conscience qui le projette, ce n’est pas
qu’elle s’y englue elle-même, ce n’est pas qu’elle s’y dépouille de ses possibilités d’être; mais c’est seulement que le monde, en aliénant sa liberté,
l’avait voué à la folie. En s’ouvrant sur un
monde délirant, ce n’est pas par une contrainte imaginaire que se lie la conscience morbide; mais en subissant la contrainte réelle, elle s’échappe dans un monde morbide où elle retrouve, mais sans le reconnaître, cette même contrainte réelle: car ce n’est pas en voulant lui échapper qu’on dépasse la réalité. L’exemple de la schizophrénie est probant : on parle beaucoup de la schizophrénie contemporaine,
liée à l’univers de la machine, et à l’effacement des relations affectives directes entre les hommes. Ce lien n’est pas faux, sans doute, et ce n’est pas un hasard si le monde morbide prend si souvent, de nos jours, l’allure d’un monde où la rationalité mécaniste exclut la spontanéité joyeuse et continue de la vie affective. Mais il serait [p. 89] absurde de dire que l’homme contemporain machinise son univers parce qu’il projette un univers schizophrénique où il se perd;
faux même de prétendre qu’il est schizophrène, parce que c’est là, pour lui, le seul moyen d’échapper à la contrainte de son univers réel. En fait, quand l’homme demeure étranger à sa propre technique, quand il ne peut reconnaître de signification humaine et vivante aux productions de son activité, lorsque les déterminations économiques et sociales le contraignent,
sans qu’il puisse trouver
sa patrie dans ce monde, alors il vit un conflit qui rend possible le syndrome schizophrénique; étranger dans
un monde
réel, il est renvoyé à un «monde privé », que ne peut plus garantir aucune objectivité; soumis, cependant, à la contrainte de ce monde réel, il éprouve cet univers dans lequel il fuit, comme un destin. Le monde contemporain rend possible
la schizophrénie, non parce que ses
techniques le rendent inhumain et abstrait; mais parce que l’homme fait de ses techniques, un tel usage que l’homme lui-même ne peut plus s’y reconnaître. Seul le conflit réel des conditions d’existence peut rendre compte de la structure paradoxale du monde schizophrénique.

1962 – Maladie Mentale et Psychologie

[p. 99] Enfin, les phénomènes morbides ont semblé, dans leur convergence, désigner une structure singulière du monde pathologique: et ce monde offrirait, à l’examen du phénoménologue, le paradoxe d’être à la fois, le «monde privé»,
inaccessible, où le malade se retire pour une existence arbitraire de fantaisie et de délire -et en même temps, l’univers de contrainte auquel il est voué sur le mode de l’abandon; cette
projection contradictoire serait un des mouvements essentiels de la maladie. Mais
cette forme pathologique n’est que seconde par rapport à la contradiction réelle qui la suscite. Le déterminisme qui la sous-tend n’est pas la causalité magique d’une conscience fascinée par son monde, mais la causalité effective d’un univers qui ne peut, de lui-même, offrir une solution aux contradictions qu’il a fait naître. Si le monde projeté dans la fantaisie d’un délire emprisonne la conscience qui le projette, [p. 100] ce n’est pas
qu’elle s’y englue elle-même, ce n’est pas qu’elle s’y dépouille de ses possibilités d’être; mais c’est que le monde, en aliénant sa liberté,
ne peut reconnaître sa folie. En s’ouvrant sur un monde délirant, ce n’est pas par une contrainte imaginaire que se lie la conscience morbide; mais en subissant la contrainte réelle, elle s’échappe dans un monde morbide où elle retrouve, mais sans la reconnaître, cette même contrainte réelle: car ce n’est pas en voulant lui échapper qu’on dépasse la réalité. On
parle beaucoup de la
folie
contemporaine,
liée à l’univers de la machine, et à l’effacement des relations affectives directes entre les hommes. Ce lien n’est pas faux, sans doute, et ce n’est pas un hasard si le monde morbide prend si souvent, de nos jours, l’allure d’un monde où la rationalité mécaniste exclut la spontanéité continue de la vie affective.
Mais il serait absurde de dire que l’homme malade machinise son univers parce qu’il projette un univers schizophrénique où il se perd;
faux même de prétendre qu’il est schizophrène, parce que c’est là, pour lui, le seul moyen d’échapper à la contrainte de son univers réel. En fait, quand l’homme demeure étranger à ce qui passe dans son langage, quand il ne peut reconnaître de signification humaine et vivante aux productions de son activité, lorsque les déterminations économiques et sociales le contraignent, sans qu’il puisse trouver
sa patrie dans ce monde, alors il vit dans une culture qui rend possible une forme pathologique comme la schizophrénie; étranger dans un monde
réel, il est renvoyé à un «monde privé», que ne peut plus garantir aucune objectivité; soumis, cependant, à la contrainte de ce monde réel, il éprouve cet univers dans lequel il fuit, comme un destin. Le monde contemporain rend possible
 [p. 101] la schizophrénie, non parce que ses
événements le rendent inhumain et abstrait; mais parce que notre culture fait du monde une telle lecture que l’homme lui-même ne peut plus s’y reconnaître. Seul le conflit réel des conditions d’existence peut servir de modèle structural aux paradoxes du monde schizophrénique.



Citar este post
Marcio L. M. (2023, 5 Janeiro). Breve comparação: um excerto de Maladie Mentale et Personnalité (1954) e Maladie Mentale et Psychologie (1962). áskēsis. Recuperado em 17 de Abril de 2024, de https://doi.org/10.58079/d1ma

  1. FOUCAULT, Michel. Maladie Mentale et Personnalité. Paris: PUF, 1954. Disponível em: <https://www.psychaanalyse.com/pdf/MALADIE%20MENTALE%20ET%20PERSONNALITE%20-%20BIBLIO%20PUF%201954%20-%20MICHEL%20FOUCAULT%20(61%20pages%20-%20168%20ko).pdf>. []
  2. FOUCAULT, Michel. Maladie Mentale et Psychologie. Paris: PUF, 1962. []
  3. MACHEREY, Pierre. Nas origens da história da loucura: uma retificação e seus limites. InRecordar Foucault (org. Renato Janine Ribeiro). SP: Brasiliense, 1985. []
  4. MIOTTO, M. O Problema Antropologico em Michel Foucault. Tese apresentada à Pós-Graduação em Filosofia e Metodologia das Ciências, UFSCAR, São Carlos, 2011 https://philpapers.org/rec/MIOOPA . []

Você pode gostar...

Deixe uma resposta

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *

Este site utiliza o Akismet para reduzir spam. Fica a saber como são processados os dados dos comentários.

Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search